Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Hollande à Alger : petits bruits de couloirs et suites diplomatiques (source Jeune Afrique)

Publié par The Algerian Speaker sur 27 Décembre 2012, 12:40pm

Catégories : #BOULITIK

Lors de sa visite d'Etat en Algérie, François Hollande n'a pas fait de déclarations fracassantes, mais il a au moins essayé de ne pas fâcher son homologue, Abdelaziz Bouteflika, sur un sujet sensible : la Syrie. Il s'est en revanche trompé sur la paternité d'une citation de son discours, au détriment de l'Algérien Kateb Yacine.

La Syrie à la trappe

Entre le texte du discours distribué à la presse française et l'allocution prononcée le 20 décembre, le passage sur la Syrie est passé à la trappe. Hollande avait prévu de rappeler que l'Algérie et la France « ont participé à la réunion récente des Amis du peuple syrien » (le 12 décembre à Marrakech) et que les deux pays devaient aider « les Syriens à trouver la voie de la liberté ». Côté algérien, on ne souhaitait pas faire de publicité à la rencontre marocaine, ni cautionner la position française. « Comment la France peut-elle soutenir et armer des groupes islamistes en Syrie et nous demander de tout faire pour les éradiquer au Sahel ? » s'interroge un diplomate.

Senghor ou Kateb ?

« L'Algérie chérit la langue arabe mais elle a su aussi se nourrir du français, se l'approprier, comme disait Senghor, comme un butin de guerre », a expliqué François Hollande devant les deux chambres du Parlement algérien, le 20 décembre. Sauf que la paternité du « butin de guerre » en question ne revient pas à l'ancien président sénégalais mais à l'écrivain algérien Kateb Yacine, qui se justifiait ainsi d'écrire dans la langue de Molière.

De Rabat à Addis

Avant le Maroc, probablement en mars prochain, le président français se rendra à Abou Dhabi le 14 janvier, puis participera au sommet Europe-Amérique latine et Caraïbes les 26 et 27 janvier à Santiago, avant de s'envoler pour l'Inde, en février. Il envisage par ailleurs de faire une visite d'État en Tunisie dans le courant de l'année. Quant à Laurent Fabius, il se rendra en Afrique de l'Ouest au début de l'année, puis participera à la célébration du cinquantième anniversaire de l'Union africaine, à Addis-Abeba, en avril.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents